Accueil Recup'air
Qui sommes-nous ? Organigramme Bilans d'activité Dossier de Presse Congrès Faire un stage

Accueil | Contact | Liens



 
  Accueil > Espace patient > Maladie respiratoire chronique  

Maladie respiratoire chronique

 

Qu'est-ce qu'une maladie chronique ?
La BPCO est-elle une maladie chronique ?
La spirale du déconditionnement

Lexique 

 

Qu'est-ce qu'une maladie chronique ?

C'est une maladie de longue durée s'installant de façon insidieuse, pouvant être stable spontanément ou grâce à un traitement de fond pendant de nombreuses années, où évoluer par exacerbation.

 

La BPCO est-elle une maladie chronique ?

La bronchopathie chronique obstructive est par définition une maladie chronique. La destruction des bronches (essentiellement liée au contact répété avec la fumée de tabac) évolue inexorablement vers une atteinte fonctionnelle des poumons, irréversible, d’évolution plus ou moins rapide selon les individus, l'importance de l'intoxication tabagique et l'association éventuelle avec d'autres pathologies.

  • Au stade de la bronchite chronique, le malade ne se plaint que de toux et d'expectoration pendant plusieurs mois, chaque année. Il s'agit encore d'une pathologie réversible à l'arrêt du tabac.
  • À un stade supérieur, l'essoufflement se joint à la toux et à l'expectoration. C'est le signe fonctionnel handicapant de cette maladie. D'année en année, de poussée infectieuse en poussée infectieuse, cet essoufflement s'aggrave progressivement, plus ou moins rapidement selon les individus. À un stade ultime, la gêne respiratoire est telle que le malade ne sort plus de chez lui, réduit ses déplacements au maximum (il ne descend ni ne monte les étages) pour finir au fauteuil voire au lit, une très grande partie de la journée.

 

La spirale du déconditionnement :

L'aggravation progressive de l'essoufflement (dyspnée), est un effet pervers et aggravant de la bronchopathie chronique obstructive. La réponse logique à une gêne (ici l’essoufflement) est de diminuer cette gêne en diminuant sa cause. L'essoufflement est directement lié à l'effort, et la réponse logique de tous les malades essoufflés, est de diminuer les efforts. Ainsi, le bronchopathe chronique arrêtera dans un premier temps toute activité sportive puis diminuera progressivement son périmètre de marche (la distance quotidienne parcourue à pied), choisira l'ascenseur plutôt que les escaliers, pour finalement aboutir à une inaction physique permanente. Plusieurs années de déconditionnement physique sont nécessaires pour mener à l'arrêt quasi total des activités physiques. Le déconditionnement lui-même, aggrave l’essoufflement initial lié à la maladie respiratoire. L'absence d'entraînement physique, même en l'absence d'aggravation de la maladie respiratoire, diminue les capacités d'effort des muscles et du coeur. Ce cercle vicieux est appelé la spirale du déconditionnement.
Son traitement, est la reprise progressive et adaptée de l'exercice physique. On parle de réhabilitation respiratoire ou de reconditionnement.

 spirale du déconditionnement en image.pdf

 

Lexique

BPCO : ou broncho-pneumopathie chronique obstructive correspond à une maladie chronique liée à la destruction progressive des bronches avec obstruction de celles-ci (mises en évidence lors des épreuves fonctionnelles respiratoires par la diminution des débits expiratoires)
Exacerbation : aggravation « en poussée » de la maladie respiratoire avec augmentation de la gène (dyspnée) et dégradation des mesures (débits respiratoires, taux d’oxygène ou de gaz carbonique). Elle peut-être spontanée ou secondaire à un épisode infectieux ou cardiaque.

Atteinte fonctionnelle : c’est l’importance de la dégradation de la fonction des poumons, mesurable par les EFR ou l’analyse des gaz du sang artériels.

Signe fonctionnel : c’est une plainte ressentie et exprimée par le malade (essoufflement, douleurs, toux, expectoration…).

Dyspnée : essoufflement

Déconditionnement physique : c’est un état de diminution des performances physiques atteignant tous les organes (cœur, muscles, système respiratoire…) lié à la baisse, voire l’arrêt de tout effort physique. La remise en marche (le reconditionnement) de tous ces organes permet, pour un état respiratoire identique, de diminuer la dyspnée et d’augmenter l’activité, le confort et la sécurité.

Réhabilitation respiratoire : c’est le reconditionnement physique, adapté aux malades présentant une pathologie respiratoire chronique (travail en fonction des examens cliniques, para cliniques, sous oxygène ou non…)

Exacerbation : Aggravation soutenue dans le temps (plus de 24 h) de l'état respiratoire du patient atteint de BPCO, par rapport à l'état stable et au-delà des variations quotidiennes, le mode d'installation étant brutal et nécessitant un changement de médication (cf définition consensuelle d'Aspen).4

4 : Rodriguez-Roisin R. Toward a consensus definition for COPD exacerbations. Chest 2000 ; 117 : 398S
Si l'on se réfère aux critères d'Anthonisen,5 l'exacerbation est caractérisée par une augmentation de la dyspnée, une augmentation de la purulence et de la quantité des expectorations, parfois accompagnée de symptômes généraux tels que fièvre ou trouble de l'état de conscience. Ces critères sélectionnent une exacerbation provoquée le plus probablement par une infection. 5: Anthonisen NR, Manfreda J, Warren CP, et al. Antibiotic therapy in exacerbations chronic obstructive pulmonary disease. Ann Intern Med 1987 ; 106 : 196-204.